L’appel de la forêt

appel de la foret
©Fabien Blanchon

Spectacle Musical dessiné
D’après l’œuvre de Jack London
Création Octobre 2016
à partir de 6 ans
durée : 55 minutes

Mise en scène et adaptation : Quentin Dubois
Regard complice : Elisabeth St Blancat
Dessin live et illustration : Marion Cluzel
Musiciens : Ying-Yu Chang, Quentin Dubois, Théo His-Mahier
Voix off : Jacques Verzier
Musique : Quentin Dubois
Création sonore et vidéo : Pierre Olympieff
Création lumière : Jean-Yves Pillone
Création costumes : Emilie Piat

Production : Ensemble TaCTuS
Coproduction : Théâtre des Clochards Célestes

Avec le soutien de : Les Subsistances – Lyon, la Spedidam, la SACEM de l’ADAMI.

Buck est un brave chien domestique à la vie paisible. Enlevé à son maître le juge Miller, il est ensuite confronté malgré lui aux rudes conditions de vie du Grand Nord canadien, pour devenir chien de traineau. D’expéditions en expéditions, il apprend à vivre en meute, à obéir aux ordres, à dormir dans la neige, à voler de la nourriture et à se soumettre à la loi du bâton. Sa rencontre avec son nouveau maître adoré, John Thornton, est déterminante. Lorsque celui-ci est tué par des indiens, Buck cède finalement à l’appel sauvage, insistant et inéluctable, pour rejoindre ses frères loups.

L’Ensemble TaCTuS et la dessinatrice Marion Cluzel s’associent dans ce nouveau spectacle pour donner vie en direct en musique et en images au premier chef d’œuvre de Jack London, L’appel de la Forêt (1903). Mise en relief par les compositions originales de Quentin Dubois, cette quête libératrice est racontée à travers la vision du chien Buck, incarné par la voix du comédien Jacques Verzier.

L’Ensemble TaCTuS continue d’élargir son champ d’expérimentation dans les projets pluridisciplinaires, en donnant cette fois une place centrale à un art peu représenté dans le spectacle vivant : le dessin. Cette transversalité artistique enrichit le spectacle d’une dimension visuelle qui invite à une réflexion sur le mélange des arts : comment créer des liens entre les baguettes des percussionnistes et les traits singuliers des crayons ? Comment remettre en question les habitudes de chacun des artistes pour trouver un langage commun, à même de faire naître un dialogue avec le spectateur ?

Marion Cluzel

Photo Marion
©Fabien Blanchon

Marion Cluzel est illustratrice, auteure de BD, scénographe… selon les rencontres et les saisons.
Pluridisciplinaire de formation, en architecture (ENSAL) et en édition (Emile Cohl), elle ajoute une corde à son arc en rejoignant le monde du spectacle en 2014 en intégrant des spectacles dessinés improvisés. Elle devient en 2016 l’illustratrice du spectacle L’appel de la forêt de Jack London avec l’Ensemble TaCTuS et mis en scène par Quentin Dubois. Depuis sa sortie de l’école, ses projets sont nourris par les ambiances qui la captivent et les rencontres qui la façonnent. Ce qui l’amène notamment à travailler aux côtés de Nicolas Ramond, metteur en scène de la cie Les transformateurs, lors d’ateliers artistiques autour du spectacle Festum. Parallèllement, elle enseigne la perspective, l’étude documentaire et assure le suivi de projets à l’école Emile Cohl. Depuis 2015, elle participe activement au fonctionnement de l’association d’auteurs lyonnais L’épicerie séquentielle, qui publie le journal «Les rues de Lyon», pour lequel elle a réalisé l’histoire «De Lugdunum à Confluences» et les planches de «Le Comoedia, un siècle d’histoires».

Site internet de Marion Cluzel


SpedidamSacemSacem Jeune PublicAdami

« LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées »